Colloques & Conferences de l'Universite Lyon 2, Modernism and Unreadability / Modernisme et Illisibilite

La poesie objectiviste au risque de l'illisible, ou des deux resistances de la langue.

Xavier Kalck

Temps: 2008-10-24  03:25  – 04:00
Dernière modification: 2008-07-07

Résumé


L'illisibilite moderniste anglo-saxonne, en tant que symptome d'une mise a l'epreuve de la litterarite du texte par sa propre litteralite, a trouve, au sein du mouvement heterogene qui a rassemble les poetes dits >, a la fois quelques uns de ses plus redoutables parangons, mais apparemment aussi certains de ses plus efficaces contradicteurs. Ce poetes americains, Louis Zukofsky en tete, avec George Oppen, Charles Reznikoff, Lorine Niedecker et Carl Rakosi, auxquels on ajoutera volontiers l'anglais Basil Bunting, d'abord inquiets et soucieux de soustraire le signe linguistique aux rets de sa fetichisation en tant que marchandise comme de proposer une nouvelle reduction phenomenologique des donnees concretes de leurs perceptions materielles, se sont efforces de suivre le chemin difficile d'experimentations exigeantes qui se tiendraient tres schematiquement entre un refus de la coherence de Pound et une certaine reserve vis-a-vis de la mutabilite de Williams.
A partir d'exemples precis tires de quelques poemes objectivistes au sein du large panorama (des annees trente a la fin des annees soixante-dix) de leurs productions, il s'agira ici d'eprouver aussi bien l'illisibilite opaque supposee de l'objectalite des textes que leur trop offerte et aveuglante lisibilite objective, tandis que l'on aura a coeur de remettre en question certaines relectures qu'en ont pu faire leurs successeurs parmi les plus > d'entre eux.
L'illisible semble operer chez ces poetes - le temps d'oser si brievement synthetiser leurs contradictions respectives - comme une categorie poetique a deux faces : d'une part s'y lit la reformulation critique de la poetique du visible telle qu'heritee des travaux imagistes qui, en conferant la visibilite de l'image a la lisibilite du texte, en vinrent par la meme a restreindre ainsi le pouvoir mimetique de cette derniere aux seuls ressorts de sa translitteration, si l'on peut dire, en un poeme, consacrant l'inevitable nominalisme du texte ; d'autre part, elle est le produit d'une > pourrait-on alors concevoir l'illisibilite comme la modalite paradoxale de ce que l'on ne saurait avoir de cesse de lire.