Colloques & Conferences de l'Universite Lyon 2, Malcolm Lowry dans la modernite

La voix-de-l'ecrit dans "strange comfort afforded by the profession"

Claude Maisonnat

Dernière modification: 2008-07-09

Résumé


La nouvelle, on se souvient, met en scene les deambulations, d'abord proprement physiques, du protagoniste Sigbjorn Wilderness, figure de l'auteur en mal d'inspiration, qui visite a Rome un musee consacre a Keats, puis imaginaires, grace ses carnets qui font remonter le souvenir d'une autre visite, celle du musee consacre a Poe a Richmond. Le lecteur est donc invite a un triple voyage, d'abord dans l'espace, de Rome en Amerique, ensuite dans le passe, l'epoque ou il remplissait ses carnets de notes, et enfin dans les textes, aussi bien ceux de ses auteurs preferes que ceux qu'il redigea lui-meme. A cet egard, la nouvelle se presente comme un cadeau reve pour critique en quete de problematique intertextuelle voire intratextuelle. Pourtant, me semble-t-il, c'est davantage a une meditation sur la voix en litterature que nous convie ce texte qui prend l'apparence d'un veritable patchwork de 21 citations, dont une tres longue lettre. Le statut et le regime de ces citations meriteraient une etude pour eux-memes, je ne ferai que l'ebaucher, pour me concentrer sur ce qui parait etre le veritable objet de la quete de Sigbjorn Wilderness a savoir le travail d'une voix singuliere et originale.

Texte intégral: Word PDF